Articles du site

(dans l'ordre chronologique)


  1. M. Patrick Artus : pas d’erreur ? Etait-il impossible de prévoir la crise des subprimes ? Peut-être. Cela l’était en tout cas pour nos économistes, qu’ils soient keynésiens ou libéraux, dont la manière de raisonner est devenue obsolète.

  2. Une relance, pour quoi faire ? Face à la récession, faut-il relancer par les revenus des ménages ou l’aide aux entreprises ? Comme d’habitude, le débat politique alimenté par les deux écoles des économistes passe à côté du vrai problème, donc des solutions possibles.

  3. Le retour de l’Etat : un leurre. Pourquoi l’appel généralisé à l’Etat provoqué par la crise ne marque pas un tournant qui serait un tournant historique, la défaite des thèses libérales face aux keynésiennes, mais au contraire une grande continuité : la mainmise des financiers sur la pensée économique et les media.

  4. Relance par les salaires interdite. Pourquoi la relance par la demande, hausse des salaires ou des dépenses publiques, chère aux économistes keynésiens, est totalement inadaptée aux problèmes de fond de notre pays.

  5. M. Strauss-Kahn fait-il fausse route ? Pourquoi le renflouement des banques, sans doute nécessaire pour éteindre l’incendie, ne résoudra en rien les problèmes de fond qui secouent une bonne partie des pays occidentaux et sont à l’origine de la crise.

  6. M. Attali aussi se trompe. En quoi M. J. Attali raisonne de manière obsolète, comme tant d’autres de nos économistes, ce qui lui a déjà fait commettre une erreur aux conséquences très graves pour notre pays quand il était au pouvoir.

  7. G20 : la Chine détient les atouts. Après avoir remporté deux victoires stratégiques majeures au cours des vingt dernières années, la Chine nous annonce son offensive dans un troisième domaine. Nos dirigeants le voient-ils ?

  8. G20 : une avancée décisive des Chinois. Les pays occidentaux, aveuglés par leur cupidité, entendent poursuivre sur la voie actuelle et laissent ainsi le champ libre aux ambitions chinoises.

  9. G20 : l’alliance France – Allemagne. L’Allemagne a soutenu notre position au G20 non parce qu’elle partageait nos objectifs, mais parce que notre position servait ses intérêts - et passait à côté de nos véritables problèmes.

  10. Chine : ne masquons pas la réalité. Comment un raisonnement économique sommaire conduit un expert stratégique comme Mme Thérèse Delpech à sous-estimer lourdement la puissance chinoise.

  11. J Marseille : des propos irresponsables. L’art de passer dans les media quand on est un faux expert : qu’importe le fond pourvu que les thèses plaisent. Pendant que les propositions de notre seul prix Nobel d’économie sont ignorées de tous.

  12. Trois précisions aux adeptes de J Marseille. Comprendre pourquoi on peut dire que la cause de notre chômage massif est la disparition trop rapide de notre industrie.

  13. Libre-échange : oui, si. Les conditions nécessaires pour que le libre-échange produise les effets bénéfiques que lui prête la théorie libérale.

  14. Deux prix Nobel entrent en jeu. Les économistes sérieux n’oublient pas les conditions qui doivent accompagner le libre-échange.

  15. Que devons-nous faire ? Les grandes lignes de la politique économique à laquelle conduit notre analyse sur les causes du chômage français.

  16. Guadeloupe : un cas d’école. Comment sortir d’une situation créée par un dogmatisme politique associé à une incompétence économique de la métropole.

  17. En attendant. Sera-t-il plus facile de faire réagir nos économistes sur un document destiné au grand public ?

  18. Taxe carbone et emplois. La taxe envisagée sur les émissions de CO² créera-t-elle des centaines de milliers d’emplois ou au contraire les fera-t-elle perdre à la France ?

  19. Enfin une bonne nouvelle ! Un économiste de renom paraît adopter notre manière de raisonner et délaisse les théories économiques obsolètes.

  20. Mais de quoi parlent-ils ? La TVA sociale n’est pas une hausse de la TVA. C'est un changement du mode de financement sans hausse des prélèvements obligatoires.

  21. Une comparaison édifiante. Ce n’est pas une harmonisation fiscale avec l’Allemagne qui résoudra nos problèmes. Nos élites doivent commencer par comprendre les contraintes d’une monnaie unique, avant de réfléchir aux mesures adaptées à nos propres atouts et handicaps.

  22. L’Allemagne demain. Pourquoi le dynamisme démographique de notre pays ne constitue plus un atout économique.

  23. Immigration et protection sociale. Pourquoi, dans la situation actuelle de la France, l’immigration n’améliore pas nos comptes sociaux, mais au contraire les dégrade.

  24. Sauver l’euro va tuer l’Europe. Car le sauvetage de l’euro impose aux pays déficitaires récession et chômage.

  25. La consommation n’est pas un moteur de la croissance. Encore une idée fausse qui conduit à des contresens et qui a la vie dure.

  26. L'élection de Pierre Gattaz: un événement majeur. Le MEDEF va-t-il enfin changer de politique?

  27. A propos du bricolage dominical. Un exemple d'actualité montrant qu'il ne suffit pas de libéraliser le travail pour créer des emplois.

  28. Réduire les dépenses de l'Etat? Comment une imprécision de langage peut conduire finalement à des effets inverses à celui recherché: une hausse des impôts au lieu d'une baisse.

  29. La facture des 30 glorieuses? Comment croire aux slogans amène à faire un grave contresens: nous ne sommes pas en train de payer la facture des 30 glorieuses.

  30. Une erreur dramatique. Un économiste de renom que nous n'avons absolument pas convaincu sur les causes de notre chômage de masse et qui nous détourne des voies du redressement.

  31. Le "pacte de responsabilité". Ce que doit faire selon nous le MEDEF face aux propositions du Président de la République.

  32. Le MEDEF et les dépenses publiques. Pourquoi le MEDEF ne doit pas faire de la baisse des dépenses publiques un de ses objectifs dans les discussions sur le "pacte de responsabilité."

  33. Quel contenu pour le "pacte de responsabilité"? Pourquoi et comment il faut faire évoluer le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi) afin de l'intégrer dans le "pacte de responsabilité."

  34. Une contrepartie au "pacte de responsabilité". Le MEDEF doit donner des contreparties, mais certainement pas en termes d'emplois: en termes de maintien des prix à la consommation.

  35. L'effroyable gâchis. La belle initiative de Pierre Gattaz sur la création d'emplois se termine par un formidable gaspillage d'argent public.

  36. Le plan Valls: un échec assuré. Pourquoi le plan Valls sera inefficace tant en matière de chômage que de dette publique.

  37. Un livre pour rien. Trois économistes, MM Aghion, Cette et Cohen, rédigent un livre dans lequel ils constatent qu'ils se trompaient. Mais selon nous, ils n'ont pas encore compris pourquoi...