Une comparaison édifiante.


On se préoccupe désormais de la divergence économique entre la France et l'Allemagne. A juste titre, car l'affaire est d'importance. Le plus préoccupant est la divergence des balances commerciales avec l'étranger, largement excédentaire en Allemagne, de plus en plus déficitaire en France. Elle annonce une croissance allemande soutenue car libérée de la contrainte extérieure, pendant que la France devra freiner son activité, déjà très faible, pour rétablir ses déficits.

Cette divergence flagrante entre les deux pays contredit par elle-même la théorie dont on nous a abreuvés lors de l'instauration de l'euro, selon laquelle une monnaie unique entraînerait la convergence économique des pays qui l'ont adoptée. Cette théorie est totalement fausse, pour les raisons que nous avons expliquées dans " Exclusion zéro ", dans un précédent article, et comme le montrent désormais les faits.

Mais le Président de la République, sans doute imprégné par cette idée comme le sont de nombreux Français, s'est demandé si le problème ne provenait pas de handicaps fiscaux de notre pays. Il a donc invité la Cour des Comptes à examiner la question. Chou blanc: le rapport très détaillé qu'elle vient de publier* montre que les systèmes fiscaux de nos deux pays se sont au contraire rapprochés au cours de ces dernières années. Mieux: ils sont désormais trop proches l'un de l'autre, nous semble-t-il, pour pouvoir expliquer une divergence sensible.

D'où vient alors le phénomène? Quelques constats suffisent. Nos deux pays ont connu une croissance comparable lorsqu'ils avaient leurs propres monnaies, donc adaptées à leurs situations respectives, et lorsque les salaires en Allemagne étaient nettement plus élevés qu'en France. Les 35 heures françaises puis la TVA sociale allemande ont eu raison de cet écart sur les salaires, écart nécessaire compte tenu des spécialisations respectives des deux pays.

C'est ainsi que l'intégration monétaire, le rapprochement des salaires et la convergence fiscale entre nos deux pays se traduit par l'envolée de l'Allemagne et l'effondrement de la France. Ceux qui voient dans l'harmonisation une solution commettent une grossière erreur. Cela vous étonne? Permettez-moi alors une analogie avec cette belle école de vie qu'est le rugby. Si le petit gabarit de 75 kg essaye de jouer comme les avants de 120 kg, il ne servira à rien. Il ne finira même pas le match. Si au contraire il joue avec ses atouts, s'il exploite son agilité et sa vitesse, il sera peut-être l'artisan de la victoire.

Abandonnons le mirage de l'harmonisation et revenons-en au concret: nous devons impérativement retrouver une compétitivité prix par rapport à l'Allemagne – et par rapport à d'autres pays par la même occasion. Pour ce faire, nous disposons sur le papier de trois solutions: baisser les salaires, quitter l'euro ou réduire les charges de nos exportateurs.

La première solution est selon nous impraticable du point de vue politique. Par conséquent, si nous restons prisonniers d'un euro désormais allemand, et si nous refusons de nous doter d'une TVA sociale, il nous restera les yeux pour pleurer l'époque pas si lointaine où la France, qui s'appuyait sur des compétences techniques réelles et non sur les élucubrations des virtuoses du boniment, était promise au leadership européen, grâce aux positions éminentes acquises par notre pays après la deuxième guerre mondiale dans l'énergie, l'aéronautique, le spatial, l'agriculture, la santé, le ferroviaire, l'automobile…

Daniel Fédou, le 12 mars 2011.

* On le trouvera en cliquant ici.