En attendant.


En ouvrant ce site il y 5 mois, notre objectif était d’amener nos économistes à s’intéresser au document qui définit le « chômage de compétitivité » et que nous avons rédigé à leur intention dans leur propre langage.

Nous pensons avoir montré dans nos articles successifs les conséquences de notre thèse si elle se révélait exacte. Les mesures à prendre pour sortir notre pays du chômage de masse seraient en grande partie différentes. Il ne suffirait pas de se polariser sur la flexibilité du marché du travail. Il faudrait d’abord redresser nos échanges extérieurs.

Il nous reste maintenant à attendre leurs réactions.

Nous attendons en particulier celles du Conseil d’Orientation pour l’Emploi, que nous avons saisi depuis la fin janvier et dont, d’après sa brochure de présentation, la première mission est de « formuler un diagnostic sur les causes du chômage ».

Nous attendons aussi celles du Ministère des Finances, dont les compétences en la matière sont grandes, et qui a sans doute intérêt à trouver des voies nouvelles pour redresser la situation de l’emploi.

Nous n’avons pas saisi le Conseil d’Analyse Economique, bien qu’il ait pour mission « d’éclairer, par la confrontation des points de vue et des analyses, les choix du gouvernement en matière économique ». Cela aurait été inutile, puisqu’il examine seulement les travaux qu’il a confiés à l’un de ses membres.

En attendant, et pour répondre aux remarques d’un certain nombre d’entre vous, nous avons rédigé un document simple, qui reprend notre démonstration de manière compréhensible par tous – du moins l’espérons-nous.

Daniel Fédou, le 1er juillet 2009.